PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

mardi 13 mars 2018

"Du bon usage des récompenses" - un Petit Bout du nouveau Faber et Mazlish même pas encore totalement sorti !

En parallèle de l'excellent "Qui veut jouer avec moi" de Lawrence Cohen, dont je vous partage de temps à autre des morceaux choisis accompagnés de mon expérience de mise en pratique, je suis en ce moment plongée dans un autre bouquin, au moins aussi excellent : j'ai nommé "Parler pour que les TOUT-PETITS écoutent...", ou plutôt "How To talk so LITTLE kids will listen": je dévore la version anglaise puisque la traduction française n'est pas encore sortie (mais c'est pour très très bientôt !!).
De quoi s'agit-il ?
D'un nouveau bouquin "Faber et Mazlish", mais écrit par la génération d'après : la fille d'Adele Faber, et la meilleure copine de ladite fille. Le principe étant d'adapter spécifiquement l'approche Faber & Mazlish à la vie avec des enfants de 2 à 7 ans.
Une super idée, car mon expérience à moi est bien que, certes, ces outils sont tout à fait opérants avec des enfants aussi jeunes que 2 ans. Mais que parfois, on met un peu de temps à comprendre comment les utiliser face à un public jeune.

Ce bouquin est absolument EXCELLENT, et je vous recommande vivement de vous jeter dessus dès qu'il paraîtra en français.
  • Sa première partie détaille les principaux outils F&M (y compris ceux visant à la gestion de la fratrie), sous l'angle spécifique de ce qui est particulièrement pertinent avec des petits
  • Sa deuxième partie passe en revue les principaux sujets de conflits avec des petits, et détaille toute une série de manières F&M de les aborder. Pour vous donner une idée, on a donc 
    • un petit chapitre sur le sommeil, 
    • un sur les repas, 
    • un sur la sécurité dans la rue, 
    • un sur la gestion des gestes médicaux désagréables (piqûres, médicaments immondes, etc), ... 
    • et ainsi de suite.
  • Notons également un chapitre spécifiquement dédié à l'adaptation de ces outils au quotidien avec des enfants à besoins spécifiques (troubles du spectre autistique, par exemple)

Appétissant, hein ?!

Bon, eh bien, je viens vous partager un petit point particulier issu du chapitre sur la résolution de problèmes, et dont on retrouve ensuite une application dans le chapitre dédié à la gestion des gestes médicaux désagréables. Un point particulier mais en fait très général, et qui illustre magnifiquement, à mon sens, la dimension profondément humaine et équilibrée des outils Faber et Mazlish.

Pour ceux qui lisent l'anglais, voici le petit bout en question.
Pour ceux qui ne le lisent pas : les auteurs ont évoqué l'inefficacité des récompenses, mais les réintroduisent tout de même dans le cadre d'une résolution de problèmes.


WHAT ?
Une récompense ?!
Mais c'est n'importe quoi !
Si vous ne l'avez pas déjà fait, allez donc lire chez Coralie l'excellent article dans lequel elle résume les raisons pour lesquelles récompenser n'est pas un système d'éducation efficace à long terme.

Mauvais usage des récompenses :
"si tu fais ceci, tu auras ça" / "ah, tu as agi correctement, alors tiens, tu as le droit à ça" 
L'action et la récompense n'ont pas de lien direct et naturel entre eux.
Alors que, par exemple, souligner qu'on a plus de temps pour jouer quand on s'habille rapidement n'est pas agiter une récompense, c'est juste mettre en valeur la conséquence naturelle de l'action.

Mais là, voici un bon usage des récompenses : le nouveau F&M nous invite à les appliquer comme nous nous les appliquons à nous-mêmes adultes: pour nous aider à surmonter un truc vraiment désagréable.
Quand on a essayé de se raisonner, de se mettre bien à l'esprit la raison pour laquelle il faut agir, de rendre les trucs plus fun, mais que franchement, la motivation n'est toujours pas au RDV : du style, allez, je fais 15 minutes de ménage, et ensuite, je m'offre une tisane dans le canapé. (Ça vous rappelle Flylady ? Normal, je vous l'ai déjà dit : Flylady et la parentalité positive, même combat !)
D'ailleurs, ma phrase est mal formulée. Il s'agit moins de les appliquer nous, ces récompenses, que d'inviter l'enfant à se les appliquer au cours de la démarche de résolution de problème : quelle est la perspective sympa qui pourra l'aider à traverser ce moment douloureux? C'est donc encore mieux si c'est l'enfant qui trouve des idées de "récompenses".
Et on notera que cet usage de récompense ne vient souvent qu'en dernier recours, après qu'on ait autant que possible essayé de mobiliser tout ce qu'il était possible de mobiliser niveau motivation intrinsèque.
D'ailleurs là-dessus, cela rejoint un peu un article très intéressant de S comme C sur la motivation, paru il y a quelques semaines, qui m'a interrogée, et que je n'ai pas fini de méditer.


Passons maintenant à la partie applicative de ce petit bout. 
Figurez-vous que pour une fois, elle n'est pas "home-made", mais tirée d'une conversation toute fraîche avec une de mes chouettes voisines.
Celle-ci culpabilisait parce que, pour aider sa fille (de l'âge d'E.) à accepter l'administration d'un suppositoire,
  • elle avait eu recours à la résolution de problème ("bieeeeen !" mode "Le Pari" on), 
  • mais que, dans le tas des idées retenues, y avait eu qu'après, elle irait regarder un épisode de Tchoupi ("paaas bieeeeen").
Ma copine-voisine étant en train de dévorer son premier F&M, et sur le point de participer à une de mes premières sessions d'ateliers, elle me dit, d'un air coupable
"Tu vois, j'y arrive pas encore. Là, j'ai raté : j'ai utilisé une récompense"

Eh ben non !
Ma voisine = Monsieur Jourdain : elle faisait du Faber et Mazlish sans le savoir... ;-)

18 commentaires:

  1. Oh, je ne savais pas qu'une version pour les petits existait ! Je pense que je vais me l'offrir en anglais, car j'ai tout bonnement détesté la traduction de la version "pour enfants", ça m'a complètement gâché le message et la lecture !

    Et pour en revenir à ton petit bout de ce livre, c'est très intéressant ! J'étais plus ou moins arrivée à cette conclusion, mais sans la formaliser. C'est fou la différence que peut faire un petit mot ("quand" au lieu de "si") : le message devient beaucoup moins menaçant, et beaucoup plus encourageant.
    Il m'est d'ailleurs déjà arrivé de reprendre ma belle-soeur qui parlait à mon Lardon avec des si. J'étais d'accord sur la "récompense", mais juste pas sur la manière de la présenter !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, si la version anglaise te convient, saute dessus !
      Quelle traduction t'a déplu ? Je trouve qu'il y a une nette différence entre celle de Parents Epanouis, et celle de Parler pour que (la première fait plus "artisanale" à mes yeux)

      Oui, la grande différence entre "quand" et "si"...

      Supprimer
    2. C'est bien la traduction de "Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent." que j'ai trouvé insupportable ! Je voulais même écrire un article pour critiquer cet aspect là mais il y a tellement de choses intéressantes à dire du livre que j'ai préféré ne pas gâcher mon énergie à ça (et puis aussi, j'ai du rendre le livre à la bibliothèque, je ne l'avais donc plus sous la main).

      Mais du coup, j'ai refouillé mes notes et... "Soyez le coffre au trésor de ses bons coups". Sérieux ? Bon, déjà le coffre au trésor, c'est mal traduit mais okay pourquoi pas. Mais "ses bons coups" ? Du coup, j'ai cherché sur le web comment c'était dit en anglais : "Be a storehouse for your child’s special moments." et là, déjà, ça fait mieux dit.
      Je me souviens aussi d'un exemple où la maman joue "au solitaire", et que son enfant vient l'aider, je comprenais rien ; en fait c'était le mot puzzle qu'ils avaient mal traduit.

      Bon, tout ça pour dire, je l'ai trouvé d'occaz en anglais, il arrive demain :o :o

      Supprimer
    3. Aaaah oui en effet, je vois ce que tu veux dire !! Effectivement il y a quelque chose à garder en tête quand on lit la traduction.... C'est qu'elle est faite par une Canadienne, à destination première de Canadiens. D'où par exemple le puzzle qui est appelé casse-tête ;-)

      Trop bien que le 2-7 arrive bientôt chez toi, tu me diras ce que tu en penses !!

      Supprimer
    4. Aaaah enfer et damnation ! Dans l'euphorie et l'excitation du moment, j'ai commandé le MAUVAIS LIVRE : j'ai reçu la version "classique". Et je m'en suis rendue compte après avoir écrit dedans (chose que je ne fais jamais en règle générale en plus !!)

      Je ne sais plus quoi faire du coup. Quand même commander celui pour les bambins ? Ou tant pis ?

      Supprimer
    5. Caramba !!
      Alors, de 2 choses l'une: tu as écrit dedans, c'est soit
      - que tu as donc trouvé un truc valable qui t'en a donné l'envie, donc ça vaut ptet une petite relecture / redécouverte en fait ?
      - ton nom. Ah zut.

      Dans tous les cas, je t'encouragerais vivement à le relire, ça fait pas d'mal, et à commander son petit frère. L' "original", tu finiras bien par trouver quelqu'un à qui l'offrir, non ?

      Supprimer
  2. Ouf, je vais pouvoir sortir mes bons-points de leur cachette :-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. LOOOOOOOL me fais pas dire ce que j'ai pas dit !! :D
      Et puis si ce que tu fais n'est pas F&M-conforme, eh bien, zut, c'est ta responsabilité (je me bornerai juste à ne pas t'adresser la parole pendant 10 ans, et/ou à te brûler en place publique, espèce d'hérétique).
      Mais j'ai bien aimé cette approche très nuancée !

      Supprimer
  3. Hum... Intéressant mais très délicat à manier ce point.
    Il pourrait facilement être mal interprété, comme Clotilde ci-dessus avec ses bons points...
    Notre intention est au coeur de tout dans cette démarche, pas facile de jouer avec la subtilité.
    Pour rappel, un peu de théorie sur les raisons pour lesquelles on veut éviter les récompenses :
    https://les6doigtsdelamain.com/le-piege-des-recompenses/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait d'accord avec toi !
      La richesse de cette approche est dans la nuance, et comme toute nuance, elle est "glissante" !
      Mais ça m'a tellement parlé, du fait du rapprochement Flylady : je trouve que pour le coup, bien manié, cela responsabilise vraiment l'enfant : ça le pose en tant qu'acteur, qui réfléchit à sa propre manière de fonctionner et se dit : bon, il faut c'qu'il faut, j'aime pas ça, alors comment vais-je rendre cette perspective la moins gênante possible.

      Supprimer
  4. Je suis très ambivalente sur les récompenses. Je constate des effets positifs phénoménaux, dans certaines situations, et des effets négatifs tout autant phénoménaux, dans d'autres cas.
    La vie me semble fonctionner à la récompense : on travaille régulièrement, on est constant, et généralement on obtient un résultat. J’ai l’impression que plus les objectifs sont lointains, plus on minimise les effets négatifs et plus on maximise les effets positifs.
    Swanilda

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ! Tellement de choses contiennent en elles-mêmes leur propre récompense, en "rajouter" une vient la cacher.
      C'est pour cela que je trouve l'exemple du geste médical (suppositoire, piqûre) particulièrement adapté : il ne s'agit pas de dire "le suppo, puis le tchoupi!" direct. Mais une fois qu'on a souligné auprès de l'enfant l'effet bénéfique du suppo( guérir), qu'on a réfléchi avec lui à différentes manières de l'administrer, l'accepter peut toujours être difficile et donc quelque part, c'est encore donner une leçon de vie importante que de dire "oui, parfois, y a des choses dont on a beau comprendre la nécessité, sur le moment c'est difficile. Parfois cela aide de se raccrocher à une perspective réjouissante pour juste après".

      Supprimer
  5. Une idée de la date de parution en français? Merci :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La traductrice [mode "initiée" on :D] dit qu'ils en sont vraiment à la toute fin avant la parution, y a quelques semaines elle annonçait mars, il y a quelques jours elle annonçait qu'il était chez l'imprimeur et qu'ils allaient le mettre en ligne enfin, et puis ils se sont pris un nouveau délai dans la figure, du coup c'est décalé encore un peu.... Suspens de fou ;-)

      Supprimer
    2. Merci, si c'est si imminent que ça je vais attendre celui là plutôt que d'acheter un des autres ;-) vu que mes nains ont 4.5 et 2 ans c'est pile la bonne tranche. Toujours aux éditions du phare je suppose?
      Jennifer

      Supprimer
    3. Yes, toujours aux éditions du phare !
      La seule chose qu'on retrouve "moins" dans celui pour les petits, c'est le côté pédagogique, dans le sens que le "Parler pour que" original est vraiment fait pour accompagner la prise en main, avec des exercices qui visent à aider la prise de conscience, à s'approprier le truc. Ils n'ont bien évidemment pas refait la même chose dans le nouveau, puisque cela ferait double emploi.
      (en revanche, du coup, je trouve que cela fait un super complément pour quelqu'un qui aurait fait les ateliers et qui aurait donc déjà fait l'expérience de ces jeux de rôle)
      Bref, je serais bien en peine de recommander l'un par rapport à l'autre en fait. En ce qui me concerne, je risque de relire l'un, puis relire l'autre, puis relire l'un, puis.... (nan je suis pas complètement folle. Pas COMPLÈTEMENT)

      Supprimer
  6. Super, je viens de trouver ton blog sur celui de Jeff. On s'abonne où ici ?

    RépondreSupprimer

Venez enrichir ce blog (et ma réflexion ainsi que celle des autres lecteurs) de vos commentaires et expériences...