PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

PetitBou(t)ParPetitBou(t) on a dit !

lundi 19 juin 2017

Si j'aurais su! - Tragicomédie en 5 actes

La famille Bout de retour en IDF malgré son mot d'ordre :  "tout sauf Paris" !  
Mais pourquoi tant de haine ?



Prologue
Je m'étais longuement épanchée sur le sujet, Monsieur Bout n'était pas ravi au boulot et avait demandé un 80% afin de pouvoir trouver hors du boulot un peu plus d'épanouissement. 
Nous étions partis sur une optique de
  • réduction de temps de travail, 
  • réduction de dépenses, 
  • réduction des ambitions professionnelles voire réorientation, 
  • stabilité géographique.
 Et puis.

Acte I.
Par un beau weekend de pont, le DRH de la boîte dont il avait démissionné en Normandie a cherché à le joindre. Et s'est acharné jusqu'à l'avoir au bout du fil. Pour nous, il y avait deux possibilités : soit il avait perdu les clés du camion une nièce qui avait un besoin urgent d'un stage en Alsace, soit il avait un poste à proposer.
La réponse fut: la réponse B.
Un très beau poste.
Un poste dont le niveau de responsabilités n'a rien à voir avec ce que Monsieur Bout a pu expérimenter jusqu'à présent.

Acte II.
Du coup, s'est posée l'insidieuse question : et si Monsieur Bout s'ennuyait tout simplement parce qu'il n'était pas au bon niveau de responsabilités ??? Est-ce son boulot qui ne lui convient pas, ou le niveau auquel il l'exerce ?
La question a mijoté 2-3 semaines, durant lesquelles Monsieur Bout a cherché à préciser les contours du poste proposé, et surtout s'est attaché à percevoir ce que ça lui faisait (en s'efforçant de faire abstraction du côté flatteur de la proposition).
Au départ la démarche visait surtout à vérifier si l'orientation que nous étions en train de prendre était la bonne. Creuser les contours du poste représentait l'opportunité d'un éclairage, un miroir, un test, sur ce qui le faisait vraiment vibrer. 
Nous ne pensions pas que ces discussions aboutiraient, car une chose était sûre : hors de question de bouger de Strasbourg si c'était pour perdre en niveau de vie. Donc nous étions persuadés qu'au moment où il s'agirait de parler d'argent, la décision s'imposerait d'elle-même.

Acte III.
Et puis le poste a commencé à vraiment plaire à Monsieur Bout.
Et puis les contours se précisant, j'ai commencé à pressentir que l'aspect financier allait peut-être se révéler moins bloquant que prévu, la fourchette de salaire pour un tel poste étant nécessairement très différente de celle pour les postes tenus jusqu'alors. 
Je dis "je" car à ce stade Monsieur Bout et moi-même étions d'avis diamétralement opposés : 
  • lui avait fichtrement envie du poste mais par peur de la déception, préférait se persuader que l'aspect rémunération allait lui interdire de le prendre, 
  • moi je frémissais à l'idée qu'il prenne le poste, mais j'étais optimiste quant à ses chances d'obtenir une proposition financière acceptable.
Ceci dit, je ne perdais pas espoir pour autant : j'avais réussi à me concocter un petit scénario idéal de derrière les fagots : Monsieur avait le poste mais son employeur actuel, afin d'éviter de le perdre, lui faisait une contre proposition avec un poste d'intérêt équivalent et tout le monde était content: 
  • chouette boulot 
  • en Alsace, 
  • avec augmentation de nos moyens financiers en prime, ce qui permettait même d'acquérir l'appartement pour lequel l'offre trop basse que avions formulée avait été refusée. Si c'est pas du chouette scénario, ça. Je pourrais rajouter "scénariste à succès à Hollywood" dans ma liste d'orientations pro possibles.

Acte IV.
Les contours du poste une fois éclaircis, ils ont demandé à Monsieur Bout ses prétentions salariales. Nous avions pensé à un chiffre un peu à la louche, mais avant de répondre nous avons pris le temps 
  • de ressortir le budget sur 5 ans réalisé lors de la proposition d'achat faite sur l'appart de nos rêves (ah ce que j'ai encore appprécié notre fichier magique!!)
  • de regarder ce qu'un achat en IDF impliquait en termes de mensualités, 
  • puis de changer tous les paramètres impactés dans le budget et de vérifier que le chiffre auquel nous pensions était bien cohérent. Ce qu'il était. Calcul qui fut d'ailleurs assez utile pour la négo car Monsieur Bout commençant à saliver sérieusement sur le poste, il était tenté de se montrer moins gourmand. Mais le budget établi avec précision lui permit de voir que non, en dessous du chiffre convoité il allait falloir sacrifier des choses qu'il n'était pas prêt à sacrifier.
Nous avons donc demandé.
Et obtenu. Nous avons obtenu ce que nous voulions, hein, non pas ce que nous demandions : en bons RH nous avions demandé davantage que ce que nous voulions.
Le temps de négocier quelques points annexes et pour Monsieur de prendre quelques renseignements  complémentaires auprès de son réseau et zou.

Acte V.
Son employeur alsacien s'est arraché les cheveux quand Monsieur Bout est venu parler de ce qui se tramait. Néanmoins ce dont nous commencions à nous douter s'est vérifié : la culture de l'entreprise n'est pas à confier de telles responsabilités à des "jeunes". 
En conséquence de quoi la contre-proposition alsacienne est restée vague, très vague (le même poste dans deux ans...), trop vague pour faire vaciller la détermination d'un Monsieur Bout au demeurant tout frétillant à l'idée de retrouver une boîte qui lui plaisait bien ainsi que moult collègues très appréciés.


Moralité: à partir de début octobre nos fantastiques aventures se poursuivront loin du cadre strasbourgeois, mais à proximité de Saint Germain en Laye, notre cible en termes de logement à la fois parce qu'une de mes sœurs s'y installe donc autant en profiter, et parce que s'y trouve une chouette école Montessori bilingue allemand, que nous serions contents d'avoir sous la main pour y envoyer nos enfants si un jour nous souhaitons les scolariser.

Ce léger changement de programme a des implications sur un certain nombre de plans, vous vous en doutez. 
Suite au prochain numéro ! 

18 commentaires:

  1. Hé ! Ça sera bien moins loin pour partir en week end à la plage ! :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ce que nous nous sommes dit pendant nos vacances en Normandie ! ;-)

      Supprimer
  2. bonjour
    j'ai tenté de vous contacter par mail mais ça m'est revenu! votre adresse a t'elle changé?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour ! Hum non j'ai encore reçu un mail tout à l'heure... mystérieux? Est ce que c'est un souci de tiret peut-être ? Elle est un peu compliquée : je vous la remets en clair dans le commentaire suivant je l'effacerai ensuite pour ne pas etre embêtée par les robots

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Pas encore reçu ! Mais il vient peut être à pieds ;-)

      Supprimer
    2. Mail bien reçu, et répondu !
      merci ;-)

      Supprimer
  4. Et suspendre le temps19 juin 2017 à 14:35

    Ah oui! Gros changements en perspective donc!!! Et monsieur Bout travaillera full time alors? Son besoin d'avoir du temps pour etudier sera comble par le challenge de la nouvelle position je suppose?

    Et pour toi, et les enfants, waouh! MAis j'aime beaucoup les points positifs qu'apportera votre nouvelle localisation :D

    Et je suis contente d'avoir ete deconnectee tout le weekend et d'avoir pu lire les deux articles d'un coup car je ne sais pas comment j'aurais gere le teasing de fou haha

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. haha pour le teasing ! et encore, je n'ai pas encore pondu la troisième partie !

      oui tu as tout à fait compris, M.Bout sera à temps plein, en tablant justement que le niveau d'intérêt du poste rende celui-ci suffisamment nourrissant pour ne pas avoir besoin d'un tel investissement dans un substitut. En parallèle néanmoins, il s'efforcera de conserver un certain équilibre et de développer des sources de "nourrissement" externes au boulot.

      Supprimer
  5. Ce sont de bonnes nouvelles ! M. Bout retrouve de l'intérêt pour son travail, ce qui est très positif. L'escale à Strasbourg aura eu son intérêt : maintenant vous savez que vous ne voulez pas la province à tout prix, en tout cas, pas au prix de l'épanouissement de M. Bout. Sans regret !
    Si vous êtes intéressés par l'école montessori, il y a des chances que la liste d'attente soit longue. Ça vaut sûrement le coup de se renseigner au plus vite, même pour une rentrée dans 1 an ou plus.
    Nous sommes également dans une grande ville, et finalement, j'y trouve beaucoup de positif avec de jeunes enfants.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. sur le premier point : tout à fait ! Et fondamentalement, il s'agit d'une manière de régler (espérons) le problème pro de monsieur bien moins risquée que ce que nous envisagions.

      concernant la grande ville et ses avantages : je te rejoins tout à fait ! mais à mes yeux (je suis consciente qu'étant expatriée, ta définition d'une grande ville peut varier de la mienne ;-) ), Strasbourg est déjà une grande ville, et j'en apprécie effectivement énormément les richesses !
      mais Paris et environs tombent pour moi dans la catégorie "trop grande ville" ;-)

      Supprimer
  6. Félicitation pour avoir su gérer les discussions avec le futur employeur tout en gardant la tête froide !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! nous avons été bien aidés par l'aspect financier : tant que la question n'a pas été abordée, tout cela restait joliment théorique et abstrait :D

      Supprimer
  7. Digby, formerly known as Emm.20 juin 2017 à 11:31

    A proximité de Saint-Germain en Laye il y a un "village" super : Villennes-sur-seine. Avec une gare dedans. Le seul point négatif que je vois là-dedans, c'est la réduction du temps de présence de Mr B. au domicile en vertu de l'allongement du temps de transports... A moins que l'employeur ne soit à Saint-Germain en Laye? T'as commencé les cartons? Je viens pour ma part de recevoir ma commande glasslock merci madame!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci ! Mais oui nous souhaitons limiter les temps de transport qui vont déjà bien augmenter (même si Monsieur Bout avait déjà un trajet non négligeable ici).
      Eh non hélas, le siège de sa boite est dans Paris même...

      Nan, pas commencé les cartons, notre date de déménagement est encore inconnue et ne sera pas avant la deuxième quinzaine de septembre (si les vents nous sont très favorables)

      trop chouette pour Glasslock, j'espère que ça te plaira !! (punaise je n'ai pas le sens du business, je ne perçois aucun pourcentage sur les millions de ventes que génère ce blog)

      Supprimer
  8. Ah la ville ! Ses musées, ses bibliothèques bien fournies et ses ludothèques... Ses activités organisées par la mairie, ses clubs et associations en tout genre...ses transports en commun pour éviter la voiture... ses ateliers variés à proximité...ses parcs bien aménagées... ses enseignes de magasin discount... et peut-être son petit cercle de familles en IEF prêt à accueillir un nouveau membre... Vous allez être super bien. Je vous envie presque !
    (ce message est d'une hypocrisie totale : j'ai vécu en ville, j'y ai été heureuse, et je suis bien contente d'être maintenant dans un village !!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. HAHAHA !
      et en plus j'ai DÉJÀ tout ça.
      Soupir.

      Supprimer
  9. Oh quelle belle ville ! La veine ! J'ai adoré cet endroit, je vous souhaite de trouver un beau petit nid douillet.

    RépondreSupprimer

Venez enrichir ce blog (et ma réflexion ainsi que celle des autres lecteurs) de vos commentaires et expériences...